Partager sur Facebook Twitter Partager sur Google Plus
IMG_4887

Hockey sur glace : le Briançonnais Viktor Szelig prend sa retraite

5 Mar 2015 - 20:53


En marge du troisième match des quarts de finale des play-offs opposant Briançon à Angers, les Diables rouges ont rendu un vibrant hommage à Viktor Szelig, qui a décidé de mettre un terme à sa carrière.

Köszönöm Viktor ! Après 9 saisons passées dans les Hautes-Alpes, Viktor Szelig s’apprête à raccrocher définitivement les patins à l’âge de 39 ans. Une décision qui ne laisse personne indifférent, surtout à Briançon où le défenseur était très apprécié dans le vestiaire. « C’est un gars d’équipe, j’ai travaillé six ans avec lui et ça n’a été que du bonheur », reconnaît Marc-André Bernier, capitaine des Diables rouges.

L’entraîneur de Gap, Luciano Basile, ex-coach des Diables rouges, ne tarit pas d’éloges sur celui qu’il a entrainé pendant 9 saisons : «Si je devais classer les joueurs qui m’ont le plus marqué, Viktor arriverait en tête. C’est une personne hors-norme, avec de grandes qualités humaines, très respectueux et rigoureux »

IMG_4711Un avis partagé par beaucoup, et notamment Edo Terglav. Avant de devenir entraîneur-chef de Briançon, le Slovène a évolué au coté de Szelig sur la glace : « Viktor est un véritable guerrier, un vrai leader », déclare celui qui connaît sa 11e saison dans la cité Vauban.  Et Luciano Basile, d’ajouter « Il est l’un des meilleurs défenseurs défensifs que je n’ai jamais vus. Son utilisation de la crosse est exceptionnelle. »

Natif de Dunaújvaros en Hongrie, Viktor Szelig compte plus de 100 sélections à son actif avec l’équipe nationale hongroise, dont il a été le capitaine pendant quatre ans, et membre pendant 22 ans ! « Il a beaucoup apporté aussi bien à Briançon qu’en sélection nationale », accorde Edo Terglav.

Avec les rouge et noir, Szelig n’a jamais porté le C, mais son rôle restait néanmoins déterminant dans le vestiaire. « Il a toujours été un capitaine même s’il ne portait pas le C sur le maillot », affirme Luciano Basile.

Un leader sur lequel s’est appuyé le technicien italo-canadien pour insuffler un état d’esprit « Il a fondé l’identité et les valeurs que nous avons souhaité mettre en place à Briançon », analyse Luciano Basile. « Avec François Groleau, Marc-André Bernier et Edo Terglav, il fait partie des quatre leaders de l’équipe lors de la dernière décennie. »

Joueur modèle, Szelig a marqué l’histoire de son club. Le numéro cinq briançonnais a connu du succès dans les Hautes-Alpes, où il soulevé pas moins de quatre trophées : deux coupes de France (2009-2010, 2012-2013), une coupe Magnus (2013-2014) et une coupe de la Ligue (2011-2012).

Luciano Basile entretenait des relations particulières avec son défenseur, jusqu’à avoir un gri-gri : « Lorsque nous nous entraînions en déplacement, je prenais toujours le bâton de Viktor, c’était mon porte-bonheur », avoue l’entraîneur.

C’est sous les applaudissements nourris des spectateurs de la patinoire René-Froger que Viktor Szelig a célébré son dernier match sous ses couleurs. Un dernier tour de piste, mais pas d’au-revoir…

(Photo : Matthieu Davin)


+ Sur le même sujet...