Partager sur Facebook Twitter Partager sur Google Plus
Panneau d'affichage

Gap : des candidats dénoncent l’affichage précoce de certains adversaires

Certains candidats PS et PRG ont commencé à poser leurs affiches électorales dès jeudi sur les panneaux installés par la Ville de Gap. Cela a été le cas dans le canton 2 (Rochasson, Romette, Fauvins) et de Gap 3 (Fontreyne, Saint-Jean, Sainte-Marguerite). Ce qui ne manque pas provoquer quelques grincements de dents du côté de l’UMP et du Parti des Hautes-Alpes. Certains adversaires auraient d’ailleurs fait constater cet affichage précoce.

« Les élus doivent être, à notre sens, irréprochables sur le respect des règles », indique le Parti des Hautes-Alpes sur son compte Facebook. « Que penser de ces candidats habituellement « grands donneurs de leçons » qui enfreignent depuis deux jours la réglementation concernant le démarrage officiel de la campagne électorale sur le Canton 2 en posant leurs affiches ? L’affichage officiel doit démarrer le 9 mars. Attention que les premiers ne soient pas les derniers dans quelques semaines… En ce qui concerne le Parti des Hautes-Alpes, nous respecterons la réglementation en vigueur. »

« Faut-il voir dans ce non-respect de la loi une fébrilité de certains socialistes locaux ? » s’interroge ironiquement un proche du binôme UMP en lice face à Karine Berger et Claude Feutrier.

Reste que cet affichage n’est pas illégal. Le code électoral prévoit que des panneaux d’affichage électoral doivent être installés par les communes avant l’ouverture de la campagne officielle, qui intervient ce lundi 9 mars à 0 heure. Et l’article L51 du code électoral l’indique clairement : « Pendant les six mois précédant le premier jour du mois d’une élection et jusqu’à la date du tour de scrutin où celle-ci est acquise, tout affichage relatif à l’élection, même par affiches timbrées, est interdit en dehors de cet emplacement ou sur l’emplacement réservé aux autres candidats, ainsi qu’en dehors des panneaux d’affichage d’expression libre lorsqu’il en existe. » Dans la circulaire adressée aux maires par le ministre de l’Intérieur, le 31 décembre dernier, il est précisé que la loi du 14 avril 2011 « permet aux candidats d’utiliser également les panneaux d’affichage d’expression libre dans la commune pour apposer leurs affiches, y compris avant l’ouverture de la campagne officielle ».


+ Sur le même sujet...