Partager sur Facebook Twitter Partager sur Google Plus
Elus 1er tour

Michel Roy défend le bilan jusqu’au bout pour appuyer les candidats de droite au 2e tour

[sam_ad id= »17″ codes= »true »]

L’élection de quatre binômes de droite dès le premier tour des élections départementales est « l’aboutissement d’un travail et la reconnaissance de la vision qu’avait Jean-Yves Dusserre pour le département », a estimé Michel Roy, président du Conseil général pour quelques jours encore, lors d’une conférence de presse en présence de la plupart des élus du 1er tour. M. Roy a notamment insisté sur la « victoire symbolique » dans le canton de Veynes : « Je suis moi-même natif de Veynes et je n’ai jamais connu de conseiller général de droite sur ce canton. C’est une force politique forte. »

L’intéressé, Jean-Marie Bernard, qui ne fait désormais plus guère mystère de son souhait d’être candidat à la candidature pour la présidence du futur Conseil départemental, y a vu le résultat d’une « dynamique mise en place dans ce département ». Il s’est aussi félicité que le second tour se présente sous la forme d’un « affrontement traditionnel droite-gauche, avec un ballottage favorable à nos collègues de la majorité dans la plupart des cas ».

Patrick Ricou, réélu confortablement dans le Champsaur-Valgaudemar, a quant à lui réagi aux principaux thèmes développés par le PS et le PRG. Et notamment sur la dette, « dont l’opposition a essayé de faire le chiffon rouge. Nous avons essayé d’avoir un discours clair sur les raisons de cet endettement. Le département n’est pas dans une situation financière dramatique, loin de là. Les inquiétudes viennent surtout de la politique nationale. » Marcel Cannat s’est étonné de la proposition de l’opposition de baisser le budget des routes de 5%. « Ce budget est déjà passé de 24 M€ à 17 M€ », a-t-il rappelé. « Aller au-delà, c’est du travail et des emplois en moins dans le BTP, et de l’entretien du réseau en baisse. »

Michel Roy : « Nous avons eu une gestion
des finances exemplaire par rapport
à ce que nous avons trouvé en 2008 »

Gérard Tenoux a évoqué le soutien financier du Département aux communes « à un moment où l’Etat se désengage » mais aussi les dépenses sociales. « Quand j’ai pris la responsabilité du RSA en 2011, il y avait 300 à 400 bénéficiaires qui faisaient l’objet d’un suivi renforcé. Aujourd’hui, avec les contrats d’engagement réciproque, 2000 (sur un total de 2500 bénéficiaires, NDLR) font l’objet d’un suivi personnalisé, et cela permet aussi d’exercer des contrôles. Un bénéficiaire du RSA « coûte » 75€ par an à chaque contribuable haut-alpin, alors que la somme atteint pratiquement 100€ dans les Alpes-de-Haute-Provence et 200€ dans les Bouches-du-Rhône. » « On ne mesure pas l’efficacité d’une politique aux moyens », a ajouté M. Ricou. « Le Département remplit parfaitement ses obligations et aucun Haut-Alpin qui est dans le besoin n’est laissé sur le bord du chemin. »

« La gauche a voté 97,5% des propositions sur la mandature », a détaillé Michel Roy. « Je ne pense pas qu’ils auraient voté autant de délibérations s’il y avait eu une mauvaise gestion… Au contraire, nous avons eu une gestion responsable, une gestion des finances exemplaire par rapport à ce que nous avons trouvé en 2008. Le président Dusserre a plus fait le pompier qu’autre chose à son arrivée. Ils auraient dû balayer devant leur porte. » M. Roy appelle donc les électeurs « à continuer la mobilisation au second tour pour faire barrage à l’équipe socialiste qui n’a pas de projet. »

La droite en a-t-elle un ? « Nous avons un bilan à défendre avant tout et c’est un programme qu’il va falloir poursuivre », a estimé M. Roy. « Ce n’est pas maintenant qu’on va faire des promesses. » Pour M. Bernard, « la richesse de ces débats, c’est de porter des idées chacun sur son territoire, sans que ce soit pareil à Serres ou à Briançon. Nous avons dit les mêmes choses d’une manière différente, car nous tenons compte de nos spécificités. » « Le catalogue des promesses, c’est fini », a ajouté M. Tenoux. « On s’adapte à la situation, on est réactifs. »

(Notre photo : Gérard Tenoux, Patrick Ricou, Françoise Pinet, Jean-Michel Bernard, Michel Roy, Béatrice Allosia et Marcel Cannat)


+ Sur le même sujet...