Partager sur Facebook Twitter Partager sur Google Plus
CCI (28)

Maurice Brun, ex-président de la CCI 05 : « Non, je ne quitte pas un bateau qui coule »

3 Avr 2015 - 10:36

[sam_ad id= »17″ codes= »true »]

Lors de l’assemblée générale de la CCI des Hautes-Alpes qui s’est déroulée jeudi, son ancien président, Maurice Brun, élu depuis le 25 mars dernier à la tête de la CCI régionale (CCIR) Provence-Alpes-Côte d’Azur, est revenu sa démission précipitée, il y a deux mois, des chambres consulaires départementale et régionale. « Eric (Gorde, alors 1er vice-président de la CCI 05, NDLR) a dû assurer l’intérim ; je le reconnais, je ne lui ai pas trop laissé le choix », confesse Maurice Brun.

[sam_ad id= »17″ codes= »true »]

Depuis novembre dernier, une situation de blocage opposait l’ex-président de la CCIR Dominique Estève à cinq des six présidents de chambres consulaires départementales (par ailleurs vice-présidents régionaux), dont Maurice Brun, les conduisant à démissionner. A l’heure des restrictions budgétaires, il était reproché à Dominique Estève de privilégier les grosses structures au détriment des petites chambres… alors qu’il avait justement été élu en 2011 grâce à leurs voix. Car la CCIR gère, pour le compte des CCI territoriales qu’elle chapeaute, la répartition des ressources fiscales et les ressources humaines.

Le 29 janvier dernier, par voie de communiqué de presse, Dominique Estève laissait éclater au grand jour ce conflit interne, en restant évasif sur les raisons, évoquant simplement des « antagonismes territoriaux, calculs politiques et ambitions personnelles ».

Maurice Brun regrette que son prédécesseur ait laissé s’écouler deux mois (le maximum du temps réglementaire) pour organiser l’assemblée générale extraordinaire destinée à élire un nouveau bureau, comme le lui avait demandé le préfet de Région. « Une élection courant février m’aurait permis d’accélérer la réorganisation de notre bureau haut-alpin. »

« A notre arrivée, en 2011,
la CCI était en cessation de paiement »

Car la période est difficile pour la CCI 05, contrainte de reverser à l’Etat 2,1M€ dans le cadre de la participation des CCI à la réduction du déficit des comptes publics. « Une loi de finances 2015 à laquelle personne ne s’attendait, qui laisse un sentiment d’injustice, voire d’inégalité », glisse le nouveau président régional. « Non, je ne quitte pas un bateau qui coule ; je laisse un fonds de roulement, hors prélèvement de l’Etat, de 2,4M€, en ayant par ailleurs investi 5M€ de travaux à Gap et à Briançon. A notre arrivée, en 2001, la CCI 05 était en cessation de paiement avec un fonds de roulement de 750.000€. Là, on était mal.  Notre budget 2014 sera aux alentours de l’équilibre, alors qu’on avait prévu un déficit de 400.000€, en prenant en compte les 20% de ponction du ministère des Finances. Notre gestion est irréprochable avec une baisse de l’effectif salarié de 21% depuis 2 ans et une forte mobilisation sur la vente des produits du Cret », déclare Maurice Brun.

Revenant à sa nouvelle mission à la tête de la CCIR, il a assuré l’assemblée de son « regard vigilant sur l’équité des territoires ». « J’accompagnerai les CCI dans une réforme de rationalisation, mutualisation, économie et efficience. »

Le préfet des Hautes-Alpes, Pierre Besnard, a évoqué le « challenge terrible » qui attend Maurice Brun « pour pacifier, remettre de l’ordre à la CCI de région. C’est une structure très importante, qui gère aussi des aéroports et des ports. Le fait d’être des Alpes et pas du littoral, hors de l’antagonisme entre Marseille et Nice, peut être une chance car son objectif n’est pas d’abattre l’autre… »

(Notre photo : Maurice Brun au côté de son successeur à la CCI des Hautes-Alpes, Jérôme Jarniac)


+ Sur le même sujet...