Partager sur Facebook Twitter Partager sur Google Plus
Raphaël de Casabianca 1

Raphaël d’Echappées belles (France 5) : « En voyant le programme qui m’attend, ça fait rêver »

10 Avr 2015 - 14:19
Retrouvez Raphaël de Casabianca samedi 9 mai, à 20h35, sur France 5.
Retrouvez Raphaël de Casabianca samedi 9 mai, à 20h35, sur France 5.

Raphaël de Casabianca n’a rien perdu de sa capacité à s’émerveiller. Après avoir traversé les fuseaux horaires en long, en large, en travers, il se laisse toujours gagner par l’émotion d’un paysage grandiose et l’espoir de belles rencontres. A 34 ans, ce baroudeur a déjà quadrillé le globe au gré de ses aventures cathodiques. Depuis trois ans, il fait voyager les téléspectateurs le samedi soir sur France 5 à travers ses Echappées belles qui l’ont conduit cette semaine à poser ses valises dans les Alpes du Sud.

Arrivé mercredi à Grenoble avec son équipe, il a pris la route en direction de Gap et a eu le temps de « s’imprégner des lieux ». Il s’est baladé seul dans les ruelles colorées de Gap qui lui ont laissé un avant-goût de Provence à l’horizon enneigé. « Je découvre la région. J’étais déjà venu dans le Trièves voir des amis, et même dans les Ecrins en classe de découverte, en CM2, où l’on avait surtout abordé la faune et la flore. Là, en voyant le programme qui m’attend, ça fait rêver », glisse-t-il le sourire aux lèvres, une constante chez ce contemplatif, d’un abord très agréable.

[sam_ad id= »17″ codes= »true »]

Le tournage a commencé jeudi matin dans l’école où enseigne l’athlète Stéphane Ricard. Raphaël de Casabianca retrouvera le champion du monde, raquettes aux pieds, la semaine prochaine à Serre Chevalier. L’après-midi a été consacré aux prises de vues de Gap depuis Charance. Ce vendredi matin, le présentateur s’est levé aux aurores pour suivre l’épicier ambulant du Champsaur. « Il crée du lien avec les personnes qu’il rencontre et peut même les aider à changer une ampoule », s’amuse Raphaël, plus qu’enthousiaste à l’idée de se laisser guider dans des contrées plus reculées. La découverte des Alpes du Sud passe aussi par les airs. Un vol en planeur à La Bâtie-Montsaléon et en parapente au-dessus de Serre-Ponçon font déjà saliver le globe-trotter. Bref, les Hautes-Alpes sont le parfait terrain de jeu pour ce sportif, amateur de randonnée.

« J’ai une chance incroyable »

Pourtant, ce n’est pas lui qui choisit les destinations mais bien la production et France 5 qui les répartissent entre les trois animateurs d’Echappées belles, en fonction « des emplois du temps et des activités ». « Tant mieux, estime Raphaël. On va dans des endroits où l’on n’irait pas naturellement avec, à la clé, des histoires singulières, que ce soit à l’autre bout du monde ou en bas de chez soi. » 60% des émissions concernent la France, qui garantit souvent de belles audiences. « On trouve un équilibre entre les différents continents, les spots connus et ceux qui le sont moins. » Plus Raphaël voyage, plus l’adage de sa grand-mère se vérifie et lui ouvre les yeux sur la richesse de son pays. « J’ai une chance incroyable, reconnaît-il. Mon travail, c’est d’apprendre, de rencontrer des gens, de découvrir le monde, de raconter des histoires. J’arrive à vivre des situations que je ne pourrais pas connaître en tant que touriste. »

Raphaël de Casabianca passe environ 120 jours par an en dehors de chez lui. « On tourne entre 10 et 12 émissions par an et on reste sur place 10 jours environ. » Avec parfois un laps de temps très court entre deux avions. Dans son équipe, ils sont quatre : autour de lui, le réalisateur qui est aussi le chef opérateur, le preneur de son et l’assistant pour organiser l’intendance. En parallèle, une autre équipe (composée d’un journaliste reporter d’images et d’un assistant) part de son côté dans cette même zone réaliser les reportages qui seront diffusés dans la même émission. En amont, un journaliste consacre un gros mois à la préparation du tournage et un monteur se charge de la touche finale. Sur place, Raphaël mène les interviews à sa guise, fait en sorte que ses interlocuteurs se sentent à l’aise pour qu’une vraie complicité se crée et obtenir ainsi ces petits instants de grâce, ces belles histoires qu’il aime tant raconter.

L’émission sur les Alpes du Sud sera diffusée samedi 9 mai, à 20h35, sur France 5, et dimanche 17 mai, à 10h25. Un bon timing selon le présentateur, « juste avant la saison touristique ».

Pour suivre les aventures de Raphaël (qui poste des bonus de ses tournages) plusieurs possibilités :
– sur Facebook : www.facebook.com/rdcasabianca?fref=ts
– sur Twitter : https://twitter.com/RdeCasabianca
– sur Instagram : https://instagram.com/raphaeldecasabianca/
– sur son blog : www.raphaeldecasabianca.com


+ Sur le même sujet...