Partager sur Facebook Twitter Partager sur Google Plus
Manifestation carte scolaire

Orcières – Poligny : parents et élus manifestent à Gap, mais l’inspecteur d’académie ne varie pas (vidéo)

« Qu’est-ce qu’on est serré, au fond de cette classe, chantent les sardines… » Le refrain (revisité) de Patrick Sébastien a été chanté à tue-tête ce mercredi après-midi sous les fenêtres de l’inspection académique, rythmé à coups de sifflet, de cornes et de porte-voix. Mais, à en croire le maire d’Orcières et premier vice-président du Département, Patrick Ricou, le message n’a pas été entendu par le directeur académique des services de l’Education nationale (Dasen), Philippe Maheu. Ni même écouté, dénonce l’élu : « Le dialogue n’existe pas. L’Education nationale est dans une logique arithmétique, à court terme, et ne veut rien entendre. »

[sam_ad id= »17″ codes= »true »]

Ils étaient entre 70 et 80 parents d’élèves et élus de Poligny et d’Ocières réunis ce mercredi après-midi à Gap, accompagnés par une trentaine d’enfants des deux communes installés avec leur mobilier de classe devant l’inspection académique, sous le regard d’une dizaine de policiers protégeant le bâtiment. Ils entendaient ainsi dénoncer une nouvelle fois le projet du Dasen de supprimer une classe dans chacune de ces deux communes (et dans cinq autres également) à la rentrée de septembre.

Le maire d’Orcières prêt à ouvrir une troisième classe privée

« Il y a 4 ans, on était passé de quatre à trois classes, et on l’avait accepté, car il n’y avait pas de perspective d’évolution des effectifs », indique Patrick Ricou. « Là, ce n’est plus du tout la même chose. Nos effectifs vont passer de 45 à 58 élèves à la prochaine rentrée. Nous demandons à l’inspecteur d’académie qu’il nous accompagne sur cette année transitoire pour avoir une vision à plus long terme. On sait très bien que si cette classe ferme, il sera très dur d’obtenir sa réouverture ensuite, quoi qu’en dise le Dasen. »

Dans ces conditions, le maire d’Orcières a annoncé qu’il allait étudier l’ouverture d’une classe privée. « Nous allons rencontrer les élus de Puy-Saint-Vincent, qui avaient adopté ce système après la fermeture d’une classe, et voir dans quelles conditions nous pouvons le faire », indique Patrick Ricou. « En tout cas, nous sommes prêts à y consacrer les moyens nécessaires. »

 

A Poligny, la fermeture de la troisième classe se traduirait par une classe de 28 élèves avec quatre niveaux différents, ce que dénoncent les parents d’élèves.

Le mouvement de protestation doit se poursuivre ce jeudi, avec l’occupation des deux écoles concernées.


Manifestation des parents d’élèves d’Orcières… par lemedia05


+ Sur le même sujet...