Partager sur Facebook Twitter Partager sur Google Plus
Tunnel du Chambon

Fermeture de la route du Lautaret : les élus haut-alpins appellent l’Etat au secours

6 Mai 2015 - 23:01

L’initiative est à la mesure des conséquences qu’entraîne la fermeture du tunnel du Chambon, en raison d’un risque d’effondrement, depuis le 10 avril dernier. La sénatrice (UMP) Patricia Morhet-Richaud, le député (PRG) Joël Giraud et le président (UMP) du Département, Jean-Marie Bernard, ont adressé une lettre commune à Ségolène Royal, ministre de l’Ecologie (et donc des Transports), et à Alain Vidalies, secrétaire d’Etat aux Transports, pour leur demander audience au sujet de la RD 1091, « axe de circulation majeur ».

[sam_ad id= »17″ codes= »true »]

Dans ce courrier, les trois élus évoquent une « situation préjudiciable à l’économie départementale et pénalisante pour la population locale », mais ils reviennent aussi sur la mise en sécurité des tunnels « imposée au département par l’Etat ». Au passage, ils rappellent que « les conditions de transfert de cette route par l’Etat au Département, en 2007, ont fait l’objet de remarques de la part de la chambre régionale des comptes puisque aucune mise aux normes des tunnels n’avait été effectuée au préalable ».

Cette mise aux normes est chiffrée à 24 millions d’euros pour les tunnels de la RD 1091 situés dans les Hautes-Alpes. Un investissement « inenvisageable pour le Département, dont le budget annuel consacré aux investissements routiers est de 16 M€ (soit 8 M€ au titre de la modernisation », soulignent Mme Morhet-Richaud et MM. Bernard et Giraud.

Gérard Fromm en tire argument pour défendre le train de nuit

Le maire (PS) de Briançon, Gérard Fromm, a également écrit à Ségolène Royal et Alain Vidalies pour solliciter « l’intervention, ainsi qu’une aide exceptionnelle, de l’Etat pour faire face aux travaux urgents nécessités par ce chantier dont l’ampleur dépasse les collectivités compétentes ». Il a adressé ce même courrier au député Philippe Duron, qui préside la commission sur l’avenir des trains d’équilibre du territoire, en demandant « le maintien et l’amélioration du train de nuit Paris-Briançon ». Ce train « constitue un outil indispensable d’aménagement du territoire et répond à de véritables besoins de mobilité. C’est aussi et surtout un lien indispensable à l’économie touristique de nos vallées. »


+ Sur le même sujet...