Partager sur Facebook Twitter Partager sur Google Plus
Thierry Baud Sophie Camard (2)

Régionales : « Tout est possible, ça va être très serré », estime Sophie Camard (EELV)

Sophie Camard, tête de liste d’Europe Ecologie-Les Verts (EELV) aux prochaines élections régionales en Provence-Alpes-Côte d’Azur, était en visite à Gap et à Embrun, ce mercredi. Alors qu’un sondage annonçait Marion Maréchal-Le Pen en tête au premier tour et Christian Estrosi victorieux d’une courte tête au second, la candidate écologiste estime que « cette enquête montre bien que c’est ouvert, que tout est possible pour un grand bloc de gauche et écologiste. Ca va être serré, c’est une vraie région à suspense. »

Pour Sophie Camard, « si on veut garder la région à gauche, il faut être dans la surprise. Nous devons aller à la rencontre des électeurs qui ne croient plus à la politique. » Car, à ses yeux, c’est bien là que se situe la différence avec le PS et la justification du « cavalier seul » d’EELV aux régionales : « La question, ce n’est pas pour ou contre le gouvernement, mais cette décision reflète quand même un malaise vis-à-vis de la politique. Le PS est assez figé. »

Pour l’heure, les négociations se poursuivent avec le Front de gauche. « Ca avance », assure Sophie Camard. « Nous nous voyons encore la semaine prochaine pour travailler sur le programme, la composition de la liste, le type de campagne… Nous voulons un projet régional et des valeurs. On ne peut pas se contenter que de la région non plus, il y a le contexte général aussi. » La tête de liste écologiste cite l’exemple de la motion sur les migrants, adoptée vendredi dernier par le conseil régional à l’initiative du groupe EELV, et de l’aide accordée à la Croix-Rouge à Menton : « On est dans notre rôle politique d’avoir une parole. Mme Le Pen, elle est créditée de 32%, ce n’est pas sur un projet régional! Il y a des valeurs et des peurs qu’elle exprime. Nous devrons exprimer les nôtres. On ne peut pas résumer notre région à un tâche brune. On a besoin d’être une région attractive, accueillante. »

« Une écologie de solutions »

EELV, qui compte actuellement vingt élus au conseil régional, entend « montrer une écologie de solutions », souligne Mme Camard. Thierry Baud, premier de liste dans les Hautes-Alpes, abonde dans ce sens en citant l’exemple de l’action de Pierre Leroy dans sa commune de Puy-Saint-André : « Aujourd’hui, 60% de l’électricité consommée dans le village sont produits dans le village. Il change concrètement la vie des gens. » Il insiste aussi sur « l’anticipation politique » : « On veut nous présenter comme des hommes des cavernes. C’est tout le contraire, nous pensons au monde de demain. Aujourd’hui, je n’entends plus personne nier les effets du dérèglement climatique, notamment pour les stations de sports d’hiver. Quand on parlait des filières courtes agricoles il y a dix ans, on nous riait au nez ; aujourd’hui, on se jette à corps perdu là-dedans. »

Sophie Camard met en avant le bilan des écologistes à la Région : « Nous avons porté des politiques fortes en matière de transports, d’énergie, de logement… On a un impact sur des dizaines de milliers de foyers avec la carte Zou, le logement… L’enjeu, c’est comment poursuivre pour aller plus loin. La fonction stratégique de la Région va être renforcée. Nous voulons faire changer de dimension les politiques que nous avons initiées. »

Notre photo : Thierry Baud, tête de liste dans les Hautes-Alpes, et Sophie Camard à Gap, ce mercredi
 


+ Sur le même sujet...