Partager sur Facebook Twitter Partager sur Google Plus
cols réservés

Hautes-Alpes : cinq cols réservés aux cyclistes le temps d’une matinée

20 Août 2015 - 7:00

Chaque été depuis 1997, l’opération cols réservés permet aux cyclistes de gravir les cols des Hautes-Alpes sur une route exceptionnellement fermée à la circulation des véhicules motorisés, entre 9h et 12h. Après les cols Agnel (250 cyclistes), de l’Izoard (300), la montée de Risoul (100), du Granon (94) et les montées nocturnes de Chabre et de Risoul en début de saison, c’est au tour dans quelques jours des cols situés au sud du Département à faire l’objet de cette opération gratuite.

  • Lundi 24 août : col de la Fromagère/Pommerol (Rosannais)

A 1072 m d’altitude, sur la RD 25, le col de la Fromagère/Pommerol marque la limite entre les Hautes-Alpes et la Drôme. D’une longueur de 7,5 km, pour 455 m de dénivelé au départ de Rosans, la route d’accès est étroite, sinueuse et ombragée. Elle dévoile au fil de la montée (pente moyenne de 6 % à 8 %), un paysage au caractère sauvage d’une grande beauté, avec une végétation méditerranéenne sur le versant adret et de vastes hêtraies en ubac. Au sommet, superbe panorama sur le vieux village de Rosans et la plaine du Rosannais au Sud et sur la basse vallée de l’Oule au Nord.

Renseignements : OT de Rosans. Tél 04.92.45.33.85. www.rosans.com

  • Mardi 25 août : montée de Chabre (Laragnais)

Belvédère majestueux et haut-lieu du vol libre, la montagne de Chabre, perchée à 1348 m d’altitude, bénéficie d’un superbe panorama sur les massifs du Dévoluy et Ecrins au Nord et du Ventoux tout proche au Sud. Mais pour gagner cette vue unique, une sacrée montée de 10 km attend les cyclistes avec 6.6% de moyenne sur la totalité de l’ascension. Au départ des gorges de la Méouge (non loin du pont roman), les premiers kilomètres sont sinueux pour atteindre le village de Pomet avant de laisser place à de belles portions boisées et régulières. Les deux derniers kilomètres sont exceptionnels, avec une pente allant de 10 et 12% de moyenne.  Après l’effort, la vue à 180° au sommet sonne comme une belle récompense avant le retour où l’on pourra profiter pleinement des gorges de la Méouge pour une petite baignade dans de belles vasques d’eau fraîche.

Renseignements : OT de Laragne-Monteglin. Tél 04.92.65.09.38. www.tourisme-laragne.fr

  • Mercredi 26 août : montée du Colombis (Théus/Val de Durance)

Le titre d’un article paru dans Cycle Magazine n’y va pas par quatre chemins : « Terrifiant Colombis ! », traduction de la fameuse montée du Mont Colombis (1724 m) au départ de Remollon et passant par le village de Théüs. Surplombant la plaine de la Durance, en aval du barrage de Serre-Ponçon, ce sommet est également qualifié par le magazine comme « l’une des montées les plus dures de l’Hexagone », avec près de 9% de moyenne sur 12 km, pour un dénivelé maximal de 1055 m. En récompense à l’arrivée, on a droit à un superbe panorama sur le lac de Serre-Ponçon et au loin, les sommets enneigés du Parc national des Écrins. Sur le retour, une pause s’impose pour contempler un site minéral exceptionnel, chef d’œuvre de la nature : la salle de bal des Demoiselles Coiffées.

Renseignements : Mairie de Théus (04.92.54.64.72).

  • Jeudi 27 août : montée de Céuze (Gapençais)

A quelques kilomètres de Gap se trouve la majestueuse falaise de Céuze. Entre 1500 et 2016 m, la saison estivale, offre un vaste choix de randonnées à travers le plateau d’où l’on peut embrasser l’ensemble des massifs de la région des Alpes à la Provence. Un secteur particulièrement fréquenté par tous les spécialistes de la grimpe qui trouvent dans les falaises, un terrain illimité pour la pratique de cette discipline. Pour les coureurs, la montée de 9 km par la RD 18 (pour 594 m de dénivelé) se fait au départ de La Roche-des-Arnauds. La pente moyenne de la route avoisine les 6,6 %.

Renseignements : OT de Veynes. Tél 04.92.57.27.43. www.tourisme-veynois.com

  • Vendredi 28 août : col du Noyer (Champsaur/Dévoluy)

Le col du Noyer, entre Champsaur et Dévoluy, se découvre par une petite route sinueuse. Le sommet offre une vue dégagée sur le Dévoluy (pic de Bure) à l’ouest, et sur l’Oisans à l’Est. Culminant à 1664 mètres d’altitude, sa montée côté Champsaur est redoutable, avec des passages à 10 % tout au long des 6,5 kilomètres d’une route étroite et sinueuse. Le versant Dévoluy est plus doux. Mais quelle récompense au sommet ! Une vue inoubliable sur le pic de Bure, et son impressionnant voisin, le Grand Ferrand, tous deux culminant à plus de 3 000 mètres. Une vue qui s’étend également sur l’ample vallée du Champsaur, marquetée de cultures, sur les montagnes du Gapençais et sur les plus hauts sommets du massif des Écrins.

Renseignements : OT du Champsaur-Valgaudemar. Tél 04.92.49.09.35. www.champsaur-valgaudemar.com ou OT du Dévoluy. Tél 04.92.58.91.91. www.ledevoluy.com


+ Sur le même sujet...