Partager sur Facebook Twitter Partager sur Google Plus
rocade

Rocade de Gap : l’Etat propose 40.000€ pour les terrains, la Ville en veut 700.000€

Les négociations entre l’Etat et la Ville de Gap pour l’acquisition des parcelles destinées à la construction de la rocade continuent d’achopper. Il faut dire que la divergence d’approche est énorme! Rappelons que, sous la mandature de Pierre Bernard-Reymond, la Ville de Gap avait acquis, dans les années 90, un certain nombre de parcelles à Charance, afin de faciliter la future réalisation de la rocade. Sauf que ces parcelles, alors agricoles, sont depuis devenues constructibles et que, dans le contexte de réduction des dotations de l’Etat que l’on connaît, le maire, Roger Didier, entend se servir de ce levier pour alimenter les caisses de la commune… Là où l’Etat propose d’acheter ces parcelles pour 40.000€, soit leur valeur d’acquisition par la Ville, cette dernière demande le prix du marché, soit 700.000€!

Avant l’été, le préfet de région a écrit à Roger Didier pour maintenir son offre de 40.000€. Dans son courrier, il indique, en substance, que la mairie n’avait pas à acheter ces terrains puisque la rocade est sous maîtrise d’ouvrage de l’Etat. Il estime par ailleurs que, si le maire de l’époque a agi ainsi, c’était bien afin de faciliter la réalisation de la rocade. « Faire de la trésorerie et une plus-value là-dessus, ce n’est pas normal », ajoute le préfet des Hautes-Alpes, Pierre Besnard. « C’est une affaire de principe. » Le préfet de région n’a semble-t-il pas reçu de réponse à ce jour.

Ce n’est pas le seul problème que rencontre l’Etat pour ce chantier. Les négociations se poursuivent également avec l’Asa du canal de Gap, qui demande pour sa part une redevance de 10.000€ par an pour que la rocade passe au-dessus de ses canalisations. « Cela risque de retarder encore le chantier », prévient le préfet.

Enfin, la réalisation du futur viaduc de Bonne, dont le chantier doit être lancé en avril prochain, connaît aussi un épisode foncier. « Nous avons des problèmes avec deux particuliers, qui veulent vendre leur terrain plus cher, alors qu’ils ont déjà reçu l’argent », selon Pierre Besnard. « Nous sommes en discussion avec leur avocat. »

Au-delà de ces rebondissements, le chantier a bel et bien débuté à Charance, où le futur pont du Turrelet est en chantier depuis plusieurs semaines. Les travaux pour aménager l’accès au chantier du futur viaduc de Bonne sont par ailleurs en instance, à proximité du restaurant le Saint-Hubert.

Photo : le chantier du pont du Turrelet se poursuit actuellement, chemin du Moulin à Charance

 


+ Sur le même sujet...