Partager sur Facebook Twitter Partager sur Google Plus
Eboulement Chambon

Tunnel du Chambon : la CCI 05 propose une « solution technique » pour rouvrir « avant l’hiver »

Un cabinet d’ingénierie, sollicité par la fédération du BTP des Hautes-Alpes, assure avoir trouvé une « solution technique permettant une réouverture de la circulation sur la RD 1091 avant l’hiver sous réserve que les travaux soient engagés à la mi-septembre ». C’est un courrier du président de la CCI des Hautes-Alpes, Eric Gorde, au président du département de l’Isère, Jean-Pierre Barbier, et révélé ce mardi par le député Joël Giraud qui l’affirme. Le cabinet de M. Barbier, sollicité par L’e-media 05, avoue être « très surpris » et attend le retour des contacts qui doivent être pris par les services du Département avec la CCI et la fédération du BTP des Hautes-Alpes.

Dans son courrier, Eric Gorde sollicite une « audition auprès du groupe d’experts en charge de ce dossier », mais demande aussi la communication de documents techniques pour affiner ce projet : études géotechniques et géologiques avant glissement et celles réalisées dans le cadre du glissement, documents relatifs au suivi des niveaux d’eau de la retenue EDF du Chambon, relevé topographique détaillé de la zone de glissement et de la zone amont, documents relatifs au tunnel (plans de construction de l’ouvrage, relevés et notes de synthèse relatifs aux désordres observés, plans et notes relatifs au confortement, état actuel du tunnel). Citant le Premier ministre Manuel Valls, qui avait utilisé ces termes lors de sa visite sur place le 25 juillet dernier, « il ne faut rien s’interdire et étudier toutes les solutions ».

« On est très surpris, et la CCI de l’Isère également », indique-t-on dans l’entourage de Jean-Pierre Barbier. « Dans ce dossier, tout le monde sait mieux que les autres. Il y a quand même des dizaines de spécialistes du Département et de l’Etat qui se sont penchés sur ce dossier ! Je ne vois pas ce qu’ils peuvent faire. » Qui plus est, le cabinet du président du Département rappelle que, « tant que le glissement ne sera pas stabilisé, le tunnel ne sera pas rouvert, et il n’y aura pas de travaux à l’intérieur. D’ailleurs, l’Etat ne l’autoriserait pas. » Enfin, « cette zone restera instable, comme elle l’a toujours été. C’est pour cela que, même si le coût est bien plus élevé, nous privilégions une solution beaucoup plus pérenne, qui consiste à dévier le tunnel et à contourner cette zone. »

Photo d’archives © Annabelle AUBEUT / Dlgsport.net

 


+ Sur le même sujet...