Partager sur Facebook Twitter Partager sur Google Plus
Le corso de Veynes, prévu ce week-end, a été annulé par la municipalité.Le corso de Veynes, prévu ce week-end, a été annulé par la municipalité.

Attentat de Nice : le préfet demande le report des événements festifs

15 Juil 2016 - 21:57

Le préfet des Hautes-Alpes, Philippe Court, appelle les organisateurs d’événements « à caractère festif » à y surseoir pendant la durée du deuil national décrété à la suite de l’attentat de Nice. Le président de la République a décidé de trois jours de deuil national, les 16, 17 et 18 juillet. Le préfet souhait que les communes puissent « respecter l’hommage et la dignité dus aux victimes ».

Philippe Court réunira enfin l’ensemble des élus du département lundi après-midi à la préfecture « pour évoquer les mesures de vigilance et de sécurisation susceptibles d’être mises en œuvre pour améliorer la sécurité des Haut-Alpins et des touristes, notamment tout au long de la période estivale ».

Le maire de Veynes, René Moreau, a d’ores et déjà annoncé le report à une date ultérieure du corso prévu ces samedi et dimanche. « Face à cette barbarie, nous devons rester debout », observe M. Moreau dans un communiqué. « Cependant, par respect pour les victimes et leurs familles, la municipalité a pris la décision d’annuler toute manifestation à caractère festif durant les trois jours de deuil national comme l’y invite une circulaire préfectorale. »

Plusieurs cérémonies d’hommage aux victimes

Une minute de silence sera observée le lundi 18 juillet à 12h, place Saint-Arnoux à Gap, annonce la préfecture.

A Veynes, une cérémonie sera également organisée ce lundi à 12 h, place de la Mairie.

A Gap, à l’appel de la Cimade et d’autres organisations, un « rassemblement de solidarité envers les victimes de tous les extrémismes d’hier et d’aujourd’hui » se déroulera ce samedi à 12h, sur l’esplanade de la Paix.

La municipalité de L’Argentière-La Bessée organise un moment de recueillement, ce samedi à 12h, sur le parvis de la mairie. « Rejoignez-nous, une fleur, ou une bougie à la main », demande Patrick Vigne, premier adjoint au maire.

 


+ Sur le même sujet...