Partager sur Facebook Twitter Partager sur Google Plus
Eric Gorde est la tête d'une liste unique pour les élections à la CCI des Hautes-Alpes.Eric Gorde est la tête d'une liste unique pour les élections à la CCI des Hautes-Alpes.

Eric Gorde : « Il y a un changement de génération et de mode de fonctionnement à la CCI »

Eric Gorde, président sortant de la CCI, est à la tête de la seule liste en présence pour les élections à la Chambre de commerce et d’industrie des Hautes-Alpes. « C’est une satisfaction que nous partions unis », se félicite-t-il, d’autant que ce ne sera le cas que dans deux départements de la région (les Hautes-Alpes et les Alpes-Maritimes) et que l’union n’était pas gagnée d’avance, sur fond de rupture avec Maurice Brun, ancien président de la CCI 05 et actuel président de la CCI de région. Pour Eric Gorde, c’est aussi le signe que « nous allons vers un changement de génération, au niveau départemental mais aussi au niveau régional ». Seuls 15 sortants (sur 32) figurent ainsi sur la liste, qui accueille 23 nouveaux candidats, « sans compter quelques surprises lors de la nomination des membres associés, notamment dans les remontées mécaniques, qui étaient absentes de la CCI ». Interview.

Elections, mode d’emploi

Les kits de vote vont parvenir vers le 20 octobre dans les entreprises. Elles auront jusqu’au 2 novembre à minuit pour voter par correspondance.
Le dépouillement aura lieu le 7 novembre à la préfecture, et la proclamation des résultats avant le 10 novembre.
Les 38 nouveaux membres de la CCI territoriale des Hautes-Alpes seront installés le 21 novembre. Ils éliront ce jour-là les neuf membres du bureau.

Vous êtes parvenu à constituer une liste d’union. La victoire vous est donc acquise, mais vous allez quand même mener une campagne. Quel est l’enjeu de cette élection ?

– L’enjeu, c’est le taux de participation. La moyenne des derniers scrutins se situait entre 12 et 20%. 10.200 entreprises sont appelées à voter. Je vais donc faire du porte-à-porte avec les candidats des territoires concernés et inciter à voter en visitant les entreprises et les commerces lors de six journées sur le terrain. Je veux dire aux entreprises que c’est utile, qu’on est en train de prendre un tournant intéressant. Nous avons besoin d’être soutenus. Ça compte aussi dans notre poids régional.

Grâce à « l’intelligence collective du monde économique, on peut arriver à booster quelques dossiers »

Quels vont être les axes de cette campagne ?

– Depuis dix-huit mois, nous fonctionnons en mode « projets » et en transversalité, et nous voulons poursuivre dans ce sens. Ce qui plaît au monde économique, c’est l’image que nous avons donnée ces derniers mois avec une autre manière de travailler.
Pour le projet de la mandature, nous repartons sur les 14 défis que nous avons déjà lancés, et qui seront enrichis par d’autres. Je pense notamment au projet développé à l’initiative de la fédération du BTP avec PHARE (« Pour les Hautes-Alpes, réussir ensemble »). Un autre axe concerne l’aménagement du territoire : il faut que le monde économique amène aussi sa vision. Nous devons ainsi avoir une réflexion sur le train, sans exclure des évolutions possibles en fonction des réalités économiques.
Notre projet d’incubateur de start-up, qui est commun avec la mairie de Gap, vient d’être retenu par l’ARII (Agence régionale pour l’innovation et l’internationalisation des entreprises). L’incubateur va voir le jour au dernier étage de la CCI et un espace de coworking s’installera à la mairie. Nous avons proposé un « package » à la Région après avoir effectué des visites d’incubateurs existants. C’est le genre d’exemple à dupliquer sur le territoire.
Nous avons également rencontré les responsables de Polyaéro, car la CCI n’était pas partie prenante ! Nous travaillons pour voir quelles formations générales, en particulier sur les aspects commerciaux, nous pouvons mettre en place avec eux. Il faut éviter les doublons et avoir une intelligence collective du monde économique, c’est vraiment l’état d’esprit. On peut arriver ainsi à booster quelques dossiers.
Nous devons aussi rendre lisible l’offre des services de la CCI. Les chefs d’entreprise ne savent pas bien ce que nous faisons. Ce sera une des clés. Nous devons aussi travailler avec les experts-comptables, dont un est d’ailleurs présent sur notre liste. Toutes les entreprises doivent savoir ce qu’elles peuvent attendre de la Chambre de commerce et d’industrie.

Vous aviez un temps déclaré que vous n’étiez pas partant pour vous représenter. Qu’est-ce qui vous a fait changer d’avis ?

– Ce qui est intéressant, c’est que j’ai été pas mal poussé à me présenter. C’est l’ensemble du monde économique qui a trouvé que j’étais plus représentatif et davantage dans la transversalité. On ne peut pas se permettre de ne pas être unis. Ce qui a été fait depuis dix-huit mois va dans le bon sens. Il y a d’ailleurs de grandes chances que nous allions vers l’attribution de délégations spécifiques aux vice-présidents, ce qui n’était pas le cas jusqu’à présent. Il faut un chef d’orchestre, mais il faut faciliter l’émulation et cela impliquera davantage les élus.

« Nous avons réussi une liste d’union, et nous n’aurions pas réussi avec Maurice Brun »

Maurice Brun ne figure sur aucune liste, contre son gré. Est-ce que vous regrettez cette situation ?

– Il en est responsable en grande partie. Il est quand même parti à la région (Maurice Brun a démissionné de la présidence de la CCI 05 pour briguer la présidence régionale l’an dernier, NDLR) en nous laissant « plantés », sans nous y avoir vraiment préparé. Nous nous sommes pas mal débrouillés mais ça a quand même été dur ! Et pour ces élections, on n’a jamais vraiment su ce qu’il voulait faire. On l’a su fin juillet, et c’était trop tard.
Je n’ai pas envie de faire la moindre polémique. Je fais un constat. Nous avons réussi une liste d’union, et nous n’aurions pas réussi avec lui.
Maurice a quand même fait une belle carrière. Tout le monde ne peut pas se targuer d’avoir un parcours comme celui-là, avec trois mandats de président de la CCI et dix-huit mois de présidence régionale. Il est aussi un peu victime de ce changement de génération. Au terme de ces élections, nous aurons davantage de présidents de 40 à 50 ans que de 60 à 70 ans. C’est un peu une vague de fond.
Au niveau régional, c’est vrai que nous pouvons être mangés à toutes les sauces. Ce sera à nous de nous battre ! Ce sont les projets et l’intelligence collective qui peuvent nous faire sortir du lot au niveau régional.

La liste complète

Membres CCI de région

  • Marc Gueydon, président de l’Umih 05, Vars (C1)
  • Pascale Mardirossian, Leader Price, Embrun (C2) – suppléante
  • Nathalie Poncet, France Impression, Gap, sortante (I1) – suppléante
  • Stéphane Scarafagio, Scara & Cie, Embrun, président de la fédération du BTP 05 (I2)
  • Eric Gorde, AxHom travail temporaire, Gap, président sortant de la CCI (S1)
  • Corinne Fizgérald, Icarius, Tallard (S2) – suppléante

Membres CCIT 05

Commerce

  • Marc Gueydon, président de l’Umih 05, Vars, sortant (C1)
  • Nathalie Aubin, Jennifer, Gap, sortante (C1)
  • Vincent Aurouze, cinéma Le Palace, Gap (C1)
  • Eric Bousquet, Pizza Giuseppe, Gap, président des Vitrines de Gap (C1)
  • Christian Breton, commerçant non sédentaire, vice-président de la fédération des associations de commerçants (C1)
  • Fred Cavallino, Maxi Mode, Gap, président de la fédération des associations de commerçants, sortant (C1)
  • Roland Roussel, camping Alpes-Dauphiné, Gap, sortant (C1)
  • Pascale Mardirossian, Leader Price, Embrun (C2)
  • Véronique Borrely, restaurant L’Annexe, Gap (C2)
  • Laurent Brutinel, Sfac, Gap, président de l’UPE 05 (C2)
  • Fabrice Magnat, Daga Mercedes, Gap, sortant (C2)
  • Jean-Michel Tirole, Les Relais d’Alsace, Briançon (C2)

Industrie

  • Nathalie Poncet, France Impression, Gap, sortante (I1)
  • Régis Allamanno, Allamanno BTP, L’Argentière-la-Bessée, sortant (I1)
  • Christophe Ghebanno, peinture, Gap (I1)
  • Benjamin Poincelet, Poincelet TP, Rourebeau (I1)
  • Samuel Reynier, Ton logo partout, Gap (I1)
  • Stéphane Scarafagio, Scara & Cie, Embrun, président de la fédération du BTP 05 (I2)
  • Charlotte Bourgeois, Welco Industries, Le Poët (I2)
  • Jérôme Chevallier, métallerie, La Roche-des-Arnauds (I2)
  • Patrice Renouf, menuiserie Ateliers d’Entraigues, Chorges, sortant (I2)
  • Frédéric Spagnou, ARD, Gap (I2)
  • Rémy Viallis, Extruflex, La Roche-de-Rame (I2)

Services

  • Eric Gorde, AxHom travail temporaire, Gap, président sortant de la CCI (S1)
  • Philippe Bobillier, magasin de sports, Serre Chevalier, sortant (S1)
  • Régis Bouchacourt, MIT Conseil, La Bâtie-Neuve, sortant (S1)
  • Pascal Cherfa, centres de vacances, Ancelle-Orcières, sortant (S1)
  • Harold Klinger, architecte, Atelier des territoires de montagne, Embrun, coordinateur Cluster Montagne-antenne des Alpes du Sud (S1)
  • Cristel Le Vaillant, salons de coiffure Lothmann, Gap (S1)
  • Laure Pellissier, camping Les Auches, Ancelle (S1)
  • Bruno Robin, pépinières Robin, Saint-Laurent-du-Cros, sortant (S1)
  • Serge Rogazzo, expert-comptable, Gap (S1)
  • Corinne Fizgérald, Icarius, Tallard (S2)
  • Thierry Cosson, hôtel Les Autanes, Ancelle, sortant (S2)
  • Norbert Coste, agence Vars immobilier, Vars (S2)
  • Cédric Manzoni, restaurant Les Olivades, Gap (S2)
  • Christophe Pernin, hôtel Les Bartavelles, Baratier, sortant (S2)
  • Pierre-Louis Rougny, ATE Propreté, Neffes (S2)


+ Sur le même sujet...