Partager sur Facebook Twitter Partager sur Google Plus
(Photo d'illustration)(Photo d'illustration)

11 Novembre : la Libre Pensée veut célébrer la mémoire d’un Haut-Alpin, fusillé pour l’exemple

10 Nov 2016 - 22:30

Des 639 « fusillés pour l’exemple » de la Première Guerre mondiale, abattus pour désobéissance militaire, un seul était Haut-Alpin. Louis Jean Baptiste Cordier, originaire de Villard-Saint-Pancrace et soldat au 73ème régiment d’infanterie, est mort au Maroc, à Bouanane, le 16 juillet 1915. Mortellement blessé d’un « coup de revolver au cours d’une rébellion », il a succombé dans une ambulance, comme l’indique son bulletin de décès. Il avait 26 ans.

A l’occasion de la commémoration du 11 Novembre, la Libre Pensée des Hautes-Alpes, qui se réclame de « l’antimilitarisme internationaliste et pacifiste », demande la réhabilitation de Louis Jean Baptiste Cordier et des 638 autres « fusillés pour l’exemple ». Jean Grillet, président de la Libre Pensée 05, relève qu’ils « ne furent que quelques poignées à refuser la boucherie, avec Jaurès notamment. Jean Jaurès le paiera de sa vie, assassiné pour l’exemple. L’action ininterrompue et unitaire de la Libre Pensée pour la réhabilitation collective des Fusillés pour l’exemple est la marque d’une volonté de dire non à la guerre. Tous les gouvernements, y compris l’actuel, ont refusé la réhabilitation collective des 639 Fusillés pour l’exemple. » Un nouvel « Appel à la République » a été lancé par le mouvement.